Plâtrier c’est un métier, partie 1 : explication de ma technique

Pour en savoir plus sur la plomberie, j’ai écris pour vous un livre : le guide du tube cuivre

Lien pour obtenir le guide gratuit pour tout savoir sur les joints dans la plomberie

Faire un don permet de maintenir cette chaine en vie et permet également d’effectuer des recherches  indépendantes dans le bâtiment et l’énergie. En effet, tout est réinvestis pour produire de nouvelles vidéos (achat de matériaux et de produits) pour faire de nouvelles recherches, des essais, et test que je vous présente. Même un petit montant apporte sa pierre à l’édifice et sans cela, cette chaine serait vouée à mourir. Donc un grand merci pour votre soutien et pour vos dons. Je ne peux que vous encourager à continuer en cliquant sur les liens ci-dessous :

Soutenir par tipeee 

Soutenir par carte ou paypal

Soutenir par patreon

Soutenir par utip

Acheter mon livre

Acheter une séance de coaching privé

Transcription texte plâtrier c’est un métier, explication de ma technique :

Salut, aujourd’hui, c’est la première vidéo d’une série de vidéos sur comment je fais les bandes de placo. Tout d’abord, j’ai longtemps hésité avant de faire cette série de vidéos, dans la mesure où, plâtrier, ce n’est pas mon métier, faire les bandes, j’ai horreur de cela, les poncer, encore pire, et j’ai vraiment beaucoup de difficultés. Puis, en réfléchissant, je me suis demandé si je faisais ces vidéos ou pas et si je les mettais sur internet, ou pas. Puis, j’en suis arrivé à la conclusion que c’était mieux que je fasse ces vidéos et que je les publies, pour deux raisons, premièrement, j’en suis tout de même à mon 6 éme chantier, même si je suis mauvais sur les bandes, ma technique s’est tout de même améliorée, j’ai progressé. Et cela peut être une façon de montrer ce qu’est le travail aux personnes qui n’ont jamais fait de bandes de leurs vie, et seconde raison, ceux qui sont meilleur que moi pourront commenter et me donner des conseils pour progresser. Plâtrier, moi, ce n’est pas mon métier, j’ai déjà vu les mec bosser, ils prennent la colle, la répartissent sur la bande en deux secondes, mettent la bande, puis la charge, le tout en moins de deux minutes. Je suis personnellement impressionné lorsque je les voie à l’œuvre, et je dis respect! Je suis très loin de cette technique, vous allez pouvoir vous en rendre compte. Voir comment je galère, et cela pourra peut être vous aider a décider si vous faites vos bandes vous même, ou si vous passez par un professionnel. Je vais vous montrer le matériel que j’utilise. Je travaille avec des couteaux. Le plus souvent je travaille avec un couteau large, et un couteau moins large. J’utilise le couteau large pour mettre ma colle dessus, et ensuite, je viens écarter ma colle pour les bandes. Ensuite, lorsque je vais avoir des endroits délicats, je vais utiliser un petit couteau tout fin. Et sinon, lorsque je dois enduire des parties relativement large, tel que l’enduis d’une poutre, je vais utiliser un couteau très large. Et sinon, lorsque je vais avoir des angles rentrant tels qu’une jonction entre cloison et plafond, j’utilise un couteau d’angle. Et pour ma colle, j’utilise une auge en plastique. Donc il s’agissait du matériel que j’utilise, maintenant, selon les différents types de bandes que j’ai à faire, je ne vais pas utiliser le même type de bandes. Il y a principalement trois types de bandes, il y a les angles sortants (angles extérieurs), les angles rentrants (angles intérieurs), et les jonctions de plaques. Pour les jonctions de plaques, on va trouver plusieurs types de jonctions de plaques, il y aura les bords amincis sur bord amincis, et aussi les bords non amincis sur bords non amincis. Et donc en fonction de ces différentes situations, je n’utilise pas les mêmes bandes. Lorsque j’ai un angle rentrant, tel qu’une jonction cloison et plafond, ce sont les bandes que je réussis le mieux. Au début, j’avais du mal, car j’utilisais deux couteaux classiques, mais le problème est que j’avais toujours un petit pâté dans l’angle, et cela était difficile à poncer. Lorsque j’ai découvert le couteau d’angle, cela à amélioré radicalement ma technique, je répartis ma colle, je pose ma bande, je l’aplatis et chasse l’excédent de colle, puis je charge ma bande, et lisse l’ensemble. Ensuite, je viens faire une passe avec le couteau d’angle, ce qui chasse l’excédent sur les coté, donc la petite partie qui était difficile à poncer se retrouve sur le coté, ce qui facilite grandement les choses. Donc problème résolu. Ensuite, pour les angles sortants, angles extérieurs, j’avais d’abord demandé conseil à des vendeurs, ils m’ont d’abord conseillé d’utiliser des baguettes métalliques. J’ai maudis les vendeurs qui m’ont vendu ce produit. Il s’agit d’une baguette métallique que l’on vient mettre sur l’angle, que l’on colle et que l’on vient ensuite charger en colle pour enduire et masquer. J’ai eu énormément de problèmes sur cette opération dans la mesure où il y a plein de petits trous dans ces baguettes, et pour moi, cela venais toujours cloquer sur ma surface, et cela restait visible, même après une bonne couche de ponçage. Et si je ponçais plus profond, le plâtre éclatais et la baguette ressortais. Donc je devais recommencer. Première chose, et ensuite, plus tard, lorsque l’appartement était fini, imaginons que je déplace un meuble, et tape dans cette baguette, la baguette d’angle s’enfonce, se déforme, le plâtre éclate, et toute la baguette ressort. Donc une baguette alu qui ressort sur un mur blanc, c’est très esthétique. Donc j’utilisais cette solution au début, puis, j’ai découvert une solution qui me convient beaucoup mieux, la bande armée. Il s’agit d’une bande en papier avec deux petites bandes de métal, et cette bande, une fois coupée et pliée vient s’appliquer sur l’angle extérieur. Et cela fait un bel angle. Concernant les chocs, j’ai déjà eu le cas, cela casse moins qu’avec les bandes en aluminium. Donc maintenant j’utilise cela, car c’est beaucoup mieux. Je ne dis pas que mes bandes  d’angles sortants sont parfaites, mais j’ai quand même relativement amélioré ma technique grâce à ce produit. C’est une boite en carton avec à l’intérieur la bande enroulée qu’il faut découper. Et maintenant, les seules bandes pour lesquelles je galère encore réellement, c’est les bandes entre jonction de plaques, avec les bords amincis sur bord amincis. J’ai essayé la bande papier classique, mais je galère toujours, car lorsque je faisais mes bandes sur jonction de plaques, j’avais toujours une bosse, que je venais poncer, puis je finissais par attaquer le papier, cela n’allais pas. Peut être que je chargeais trop, je ne sais toujours pas, bref l’alternative que j’ai trouvé, qui n’est toujours pas parfaite, mais qui me permet de faire des bandes plus esthétiques que précédemment, c’est la bande autocollante grillagée. Cela colle, c’est relatif, on l’applique sur la jonction, puis ou coupe en positionnant un couteau dessus et tirant sur le rouleau d’un coup sec. Avec cette solution, j’ai amélioré un peu ma technique, mais cela reste imparfait. Bref tout cela pour vous dire que ce n’est pas mon métier, je n’aime pas faire les bandes, pour moi c’est la pire tâche à faire. Si je pouvais me le permettre, je prendrais un professionnel pour le faire sur mes chantiers, mais je dois le faire moi-même. Du coup, dans la mesure où je n’aime pas faire mes bandes, je partage une petite technique pour en avoir le moins possible, je fais attention  au positionnement de mes plaques de placo, car si je peut m’arranger à regrouper deux bandes proches l’une de l’autre en déplaçant une coupe, cela me permet d’en avoir une seule grosse au lieu de deux classiques. Voila un peu pour vous expliquer comment je procède. Maintenant je passe aux vidéos de travail.

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.