DOMOTISER UN VARIATEUR DE LUMIÈRE, MODULE PWM & ARDUINO,

Cette vidéo présente une solution intéressante pour domotiser un variateur de lumière avec un arduino, en effet, le module PWM présenté permet de faire varier le courant alternatif 230 Volts d’un appareil.

********************************************************************
Pour vous procurer le code et le schéma, c’est ici

Pour plus d’info sur le module PWM sur banggood

Pour plus d’info sur l’arduino UNO sur amazon

Faire un don permet de maintenir cette chaine en vie et permet également d’effectuer des recherches  indépendantes dans le bâtiment et l’énergie. En effet, tout est réinvestis pour produire de nouvelles vidéos (achat de matériaux et de produits) pour faire de nouvelles recherches, des essais, et test que je vous présente. Même un petit montant apporte sa pierre à l’édifice et sans cela, cette chaine serait vouée à mourir. Donc un grand merci pour votre soutien et pour vos dons. Je ne peux que vous encourager à continuer en cliquant sur les liens ci-dessous :

Soutenir par tipeee 

Soutenir par carte ou paypal

Soutenir par patreon

Soutenir par utip

Acheter mon livre

Acheter une séance de coaching privé

Transcription texte domotiser un variateur de lumière :

Salut, aujourd’hui, dans cette vidéo sur la domotique à 2€, on va parler variateur de lumières, et on va voir comment il est possible de domotiser un variateur de lumière classique en utilisant un module PWM.

Et donc notre variateur manuel qui permet de faire varier l’intensité lumineuse d’une lampe, on va le remplacer par une platine électronique, et on va faire varier l’intensité lumineuse de notre lampe avec un arduino. Donc concernant le module PWM, c’est une platine AC light dimmer module de chez robot dyn, voici le lien si vous souhaitez vous le procurer. Concernant les informations importantes pour ce module, il peut fonctionner avec du courant alternatif en 50 hertz ou 60 hertz, il peut être alimenté en 220V ou en 110Volts si on se trouve aux états unis ou au canada. Ce module peut être piloté en courant continu avec une tension de 3.3V ou 5 Volts, ce qui veut dire qu’on peut le brancher soit sur un arduino, soit sur un raspberry pi. Ensuite, pour le fonctionnement, coté puissance, ce module acceptera une intensité de fonctionnement normal In de 2 Ampères, et une intensité de pointe à 5 ampères.

Maintenant, pour le câblage, d’un coté, il y aura deux borniers pour raccorder la puissance, et de l’autre coté, des broches pour se raccorder sur notre arduino. Donc coté puissance, on aura un bornier noté AC IN, c’est là où nous allons brancher l’arrivée de 220 Volts (bornier vert). Et le second bornier, le bleu, il sera écrit load, et c’est la sortie où nous allons raccorder notre lampe.

Les personnes qui ont consulté cet article ont aussi regardé  le chauffe eau électrique

Coté commande, il y a 4 conducteurs à raccorder, VCC où il faudra raccorder le 5 Volts de l’arduino, le GND où il faudra raccorder le GND de l’arduino. On trouvera aussi un raccordement noté Z-C, et une autre borne notée PWM.

Mais déjà, commençons par le raccordement de la puissance. Bon, biensur, je ne reviens pas sur les précautions de sécurité, mais si vous n’êtes pas électriciens, ne touchez pas à ce genre de modules, car il y a du 230Volts, et il y a un risque de s’électrocuter et d’y rester, et je ne peux pas être tenu pour responsable de cela.

Concernant ce module PWM, on arrive du disjoncteur avec le neutre qui se raccorde sur l’une des bornes du bornier vert, et ressort sur le bornier bleu pour aller jusqu’à la lampe. Concernant la phase, on sort du disjoncteur, on arrive sur l’autre borne du bornier vert, cela passe dans le module PWM, et cela ressort par le bornier bleu pour aller jusqu’à la lampe.

Je n’ai qu’une seule remarque à faire sur ce module PWM, c’est concernant la fixation, il n’y a que 2 trous coté commande, et rien coté puissance, ce qui fait qu’il peut bouger un petit peut, et un circuit imprimé peut être fragile.

Pour le câblage du module PWM sur l’arduino, on va raccorder le VCC sur le +5Volts, le Gnd du module va être raccordé au GND de l’arduino, ensuite, la borne Z-C va être raccordée sur le Pin 3, et la borne PWM qui sera raccordée sur le pin 7 de l’arduino. Alors, je précise : Pin 3 digital, et pin 7 digital. Sa, c’est pour le raccordement, maintenant passons sur l’ordinateur et regardons le code.

Déjà, on commence par définir les variable, la première sera de type unsigned char, et correspondra à AC load, pour le PWM raccordé sur le pin 7, et la deuxième unsigned char sera pour le dimming qui sera raccordé sur le pin digital 3. Et lui, permettra de faire la variation de 0 à 100% sur notre variateur de lumière. Et ensuite, on trouve une autre variable unsigned char appelée i qui correspond à une boucle FOR qui permettra de faire allumer progressivement la lumière et éteindre progressivement la lumière.

Ensuite, nous avons le void setup avec une fonction pinmode où nous définissons que AC LOAD est un output, et ensuite, il y a d’autres lignes de code que j’avoue avoir un peu moins bien compris.

Les personnes qui ont consulté cet article ont aussi regardé  PLOMBERIE SANS SOUDURES, LES RACCORDS GRIPP

Ce sont des fonctions permettant de faire fonctionner le module PWM. Il y a tout de même certaines choses importantes à retenir qui sont que si on est en zone Etats Unis Canada avec un courant en 60 hertz, au lieu d’avoir 100, il faudra mettre 65, et, plus bas, il faudra mettre 8.33 au lieu de 10. Cela est important, car si les valeurs ne sont pas respectées, la lampe risque de scintiller lorsqu’elle est allumée. La lampe risque de manière un peu bizarre et clignoter très vite, et cela peut être inconfortable pour l’œil. C’est lié aux fréquences du courant électrique alternatif de nos réseaux.

Ensuite, plus bas, on trouve le void loop, on y trouve deux boucles FOR, la première boucle For va faire augmenter progressivement la valeur de l’intensité de notre lampe entre 5% et 84%. Et ensuite, on va passer à la seconde boucle For qui elle va faire réduire l’intensité lumineuse de 85% jusqu’à 5%. Avec un délai de 20 millisecondes entre chaque valeur de pourcentage. Ces valeurs sont assez intéressantes à modifier, on peut constater les effets directes sur la lampe, et je vous invite vraiment à essayer de changer cela pour voir ce que cela donne, et d’expérimenter par vous même.

Voila, le programme est maintenant terminé, il ne reste plus qu’a cliquer sur téléverser, et repasser sur l’arduino. Maintenant, on bascule le disjoncteur sur ON, et on peut constater que le module fait varier l’intensité de la lampe. Cette ampoule monte tout de même à 264Watt, on ne le sent pas de l’autre coté de l’écran, mais cela chauffe vraiment !

Maintenant, je pense qu’on peut moderniser un peu ce programme, et ne pas le laisser tout le temps en automatique, en y ajoutant un potentiomètre et en introduisant une fonction MAP dans les lignes de code, et lorsqu’on va faire varier la résistance du potentiomètre, cela va faire varier la valeur de l’intensité lumineuse de la lampe. Et ainsi, on aura l’équivalent d’un variateur de lumière. Maintenant, on peut aussi utiliser cette fonction automatique et faire de l’éclairage d’ambiance progressif par exemple.

Une autre amélioration que je voie concernant ce montage, car, j’aime bien lors de mes montages faire comme dans les avions la double commande. Car, je ne sais pas, imaginons que ce petit module tombe en panne, je n’ai plus d’éclairage, et je ne veut pas rester sans lumière le temps que le nouveau arrive de chine. Donc pour faire de la double commande, je pense qu’il serait intéressant d’utiliser des comutateurs, avec une positon  off au milieu, une position On en haut, et une autre position On en bas. Et ce type de commutateurs nous permettrait de sélectionner si on veut utiliser le module PWM en automatique, ou si on veut repasser sur un variateur classique en manuel.

Les personnes qui ont consulté cet article ont aussi regardé  3 façons de faire une emboîture cuivre

Et pour ce petit module PWM, je pense qu’il y a plein de montages, comme par exemple, branché à un capteur de pression, sur une installation de chauffage, on va pouvoir domotiser un circulateur de chauffage, par exemple, imaginons une installation avec des radiateurs, les radiateurs ont des robinets thermostatiques, ces robinets thermostatiques se ferment, la pompe elle, continue de pousser. Et au lieu de changer sa pompe pour une nouvelle avec regulation automatique et variateur de vitesse, on peut conserver une ancienne pompe, juste monter le capteur de pression, et lui, lorsque la pression va augmenter dans le circuit, cela signifiera que la pompe force, et donc le module PWM peut réduire la puissance de la pompe. C’est une idée d’application qui peut être intéressante. Autre montage intéressant, utiliser un module PWM et le brancher sur un radiateur, commandé par une sonde de température, et en fonction de l’évolution de la température dans la pièce, il va demander plus de puissance ou moins de puissance au radiateur. Et on peut même aller plus loin en créant un système de chauffage électrique avec régulateur PID.

Si jamais vous avez d’autres idées de montages similaires, n’hésitez pas à les partager dans les commentaires, c’est toujours très intéressant. Le seul reproche que l’on peut faire à ce type de modules, c’est la puissance limitée, car oui, la puissance est limitée à 2 ampères du fait que le courant circule dans un composant électronique qui est le Triac. Et faire circuler un fort courant dans un composant électronique, c’est moyen.

J’espère que cette vidéo sur la domotique à 2€ vous aura plu, et bien sur, si vous voulez plus d’informations sur ce module PWM, en dessous, dans la description, vous aurez des liens, et pour ce qui est du code, idem, voici le code. Surtout, n’hésitez pas à partager, liker, et commenter cette vidéo, je vous remercie d’avoir regardé jusqu’au bout, et je vous souhaite bon courage pour vos projets, à plus tard, salut.

Partager l'article
  •  
  •  
  •  

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.