comment utiliser un chalumeau oxygène acétylène ?

Pour en savoir plus sur la plomberie, j’ai écris pour vous un livre : le guide du tube cuivre

Lien pour obtenir le guide gratuit pour tout savoir sur les joints dans la plomberie

Faire un don permet de maintenir cette chaine en vie et permet également d’effectuer des recherches  indépendantes dans le bâtiment et l’énergie. En effet, tout est réinvestis pour produire de nouvelles vidéos (achat de matériaux et de produits) pour faire de nouvelles recherches, des essais, et test que je vous présente. Même un petit montant apporte sa pierre à l’édifice et sans cela, cette chaine serait vouée à mourir. Donc un grand merci pour votre soutien et pour vos dons. Je ne peux que vous encourager à continuer en cliquant sur les liens ci-dessous :

Soutenir par tipeee 

Soutenir par carte ou paypal

Soutenir par patreon

Soutenir par utip

Acheter mon livre

Acheter une séance de coaching privé

Transcription texte utilisation du chalumeau oxygène acétylène :

Salut, aujourd’hui, je fais une vidéo où je vous explique comment utiliser un chalumeau oxygène acétylène. Donc un chalumeau oxygène acétylène se compose d’une bouteille d’oxygène (ogive blanche) et d’une bouteille d’acétylène (ogive marron). L’acétylène sera notre combustible, et l’oxygène sera notre comburant. Pour notre chalumeau, nous avons deux détendeurs, avec un détendeur oxygène et un détendeur acétylène. Ils sont différents car nous n’avons pas les mêmes pressions sur les manomètres. Sur l’oxygène, la pression va monter jusqu’à 200 bars, alors que sur l’acétylène, la pression sera beaucoup moins élevée. De toute façon, il n’est pas possible de se tromper lorsqu’on monte les détendeurs, car les pas de visses des détendeurs ne sont pas dans le même sens. Pour l’oxygène, le détendeur se serrera dans le sens normal de serrage, alors que pour l’acétylène, le pas de visse sera inversé, et on devra serrer le détendeur dans le sens inverse. En suite on à les deux différents manomètres, il y en a deux par détendeur. Un manomètre pour la chambre haute pression (celui de droite), et un manomètre pour la chambre basse pression (celui de gauche). Donc lorsque l’on va ouvrir les bouteille, la pression va monter dans les manomètres des chambres hautes pression (à droite). Et avec la molette de détente, on va venir régler la pression d’utilisation, qui s’affichera sur le manomètre de la chambre basse pression (manomètre de gauche). Le détendeur fonctionne ainsi, en tournant la molette, un pas de visse va venir appuyer sur une membrane qui va laisser passer une certaine pression de gaz, créant ainsi la détente. Ensuite, pour le chalumeau, on a deux molettes, l’une pour ouvrir et fermer l’acétylène, sur le coté en rouge. L’autre pour ouvrir et fermer l’oxygène, en dessous, en bleu. Au bout du chalumeau, nous avons notre buse. Cette buse se change à l’aide de l’étoile de buse, car il y a différentes buses avec différents diamètres, il y a des buses de 40, 63, 100, 160, 250, et 315. Ces valeurs sont en fait le nombre de litres par heures de gaz qui va sortir par la buse. Pour changer l’étoile de buse, j’utilise le trou hexagonal au milieu de l’étoile conçu pour venir desserrer la buse du chalumeau. Maintenant, pour l’utilisation. Avant d’ouvrir mes bouteilles, je contrôle que les pas de visses des membranes sont bien complètement desserrés. Puis j’ouvre mes bouteilles d’oxygène et d’acétylène. Maintenant, je vais régler la pression d’utilisation. Pour ce faire, j’ouvre la molette d’acétylène sur mon chalumeau, puis je règle en serrant 0,5 bars sur le détendeur. Puis, je referme la molette d’acétylène sur le chalumeau. J’effectue la même opération sur l’oxygène, j’ouvre la molette sur le chalumeau, puis je viens régler au manomètre 1,5 bars, puis je ferme la molette sur mon chalumeau. Il faut toujours régler la pression d’utilisation lorsqu’on a un débit, car sinon, si règle la pression d’utilisation chalumeau fermé, lorsque je vais ouvrir et allumer mon chalumeau, la pression d’utilisation chutera un petit peut, donc mon réglage ne sera plus bon, je devrais refaire mon réglage. Maintenant je vais allumer le chalumeau, donc j’ouvre en premier l’acétylène, puis très légèrement l’oxygène. Puis je présente une flamme devant mon bec. J’éloigne ensuite mon briquet, par sécurité. Nous avons maintenant une flamme qui chauffe énormément, au niveau du dard, la température est de 3000°C, je ne veux pas risquer de passer la flamme sur le briquet, cela serait dangereux. Maintenant, je vais venir régler mon dard, En jouant sur les molettes d’oxygène et d’acétylène, je vais chercher à avoir un dard qui mesure entre 5 mm et 8 mm. Et si on regarde la flamme, on distingue trois zones, le dard qui a un bleu très vif, juste après le dard, il y a un bleu un peu plus clair, il s’agit de la zone réductrice, et tout ce que l’on voie après, c’est le panache. Au niveau du dard, la température est de 3000°C, puis après la température descend progressivement suivant la zone où nous nous situons. Ici mon chalumeau est bien réglé, avec un dard à la bonne taille, 5 mm, maintenant, voici ce qu’est un chalumeau mal réglé, trop d’oxygène et pas assez d’acétylène par exemple, le dard à quasiment disparu. Au contraire, trop d’acétylène et pas assez d’acétylène, le dard va devenir très long, puis la flamme sera jaune, et ce qu’il ne faut vraiment pas avoir, c’est une combustion d’acétylène pure, avec une flamme complètement jaune, ce qui crée “des corbeaux” dans l’air, petites particules de combustion noires qui volent dans l’air et se déposent partout. Donc concrètement ce que je cherche à obtenir, c’est un dard de 5 mm, suivi par une zone réductrice à peine plus longue que mon dard, et après le panache qui suis. Maintenant, pour fermer le chalumeau, en premier, il faut fermer la molette d’acétylène, puis la molette d’oxygène. Pour les buses, quelle buse utiliser et quand? Nous avons nos débits de buses qui sont écrits, et suivant ce que nous allons souder, nous n’allons pas mettre la même buse. Il y a une règle qui dit qu’il faut mettre 100 litres par heure par millimètre d’épaisseur de métal. Dans mon cas, pour souder du cuivre diamètre 18, je vais utiliser une buse de 100 ou de 160, au-delà, cela ne sera pas utile. Maintenant, pour nettoyer la tête de buse, si jamais il y a un peu de calamine dessus, il est possible d’avoir un dard qui parte un peu de travers, donc deux solutions s’offrent à nous pour la nettoyer, soit venir avec une brosse métallique et gratter cette calamine. Ou alors, lorsque le chalumeau est allumé, sur un morceau de bois, on va venir gratter le chalumeau dessus, ce qui aura pour effet d’éliminer cette calamine et de nettoyer la tête de buse. Maintenant que j’ai fini d’utiliser mon chalumeau, je vais le remettre en position hors service. Première étape, je ferme mes bouteilles. L’oxygène et l’acétylène. Maintenant, sur mon chalumeau, je vais rouvrir les molettes pour laisser échapper le gaz des tuyaux et manomètres. Pour l’acétylène, et pour l’oxygène ensuite. Je vais ensuite desserrer les visses des manomètres de manière à relâcher la tension exercée sur la membrane du détendeur. Je le fait pour les deux détendeurs, puis ensuite, je referme les molettes du chalumeau une fois que tout le gaz est échappé. Je remet ensuite le chalumeau au tour de ces bouteilles, et je peux maintenant le ranger. Je souhaite maintenant aborder un point important, il ne faut jamais mettre de graisse sur les pas de visses des manomètres. Si on met de la graisse, cela peut exploser. La graisse est un combustible, c’est un dérivé issu des produits pétroliers. Et il faut savoir que lorsqu’il y a augmentation brutale de pression, il y a augmentation de température également. On va se dire oui, mais le manomètre cela réduit la pression. Seulement, lorsque le manomètre est hors service, et que l’on vient ouvrir la bouteille de gaz, la pression augmente brutalement, ce qui crée une augmentation de température, ce qui peut conduire à l’auto inflammation du combustible. Car un combustible, chauffé au delà d’une certaine température peut s’auto enflammer. Et si jamais cela se produit, la tête de détendeur va exploser, et potentiellement la bouteille d’oxygène va exploser aussi. Donc il est très important de ne jamais rien mettre sur les détendeurs de gaz. Il s’agit de deux ogives qui s’emboîtent l’une dans l’autre qui ont un étanchéité par compression des deux métaux, il n’est pas nécessaire de mettre quelque chose. Voila pour l’utilisation du chalumeau. A plus tard, salut.

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.