Comment faire une brasure forte?

Pour en savoir plus sur la plomberie, j’ai écris pour vous un livre : le guide du tube cuivre

Lien pour obtenir le guide gratuit pour tout savoir sur les joints dans la plomberie

Faire un don permet de maintenir cette chaine en vie et permet également d’effectuer des recherches  indépendantes dans le bâtiment et l’énergie. En effet, tout est réinvestis pour produire de nouvelles vidéos (achat de matériaux et de produits) pour faire de nouvelles recherches, des essais, et test que je vous présente. Même un petit montant apporte sa pierre à l’édifice et sans cela, cette chaine serait vouée à mourir. Donc un grand merci pour votre soutien et pour vos dons. Je ne peux que vous encourager à continuer en cliquant sur les liens ci-dessous :

Soutenir par tipeee 

Soutenir par carte ou paypal

Soutenir par patreon

Soutenir par utip

Acheter mon livre

Acheter une séance de coaching privé

Transcription texte vidéo brasure forte :

Salut, aujourd’hui, dans cette vidéo, on va parler de la brasure forte. Donc une brasure forte, c’est lorsqu’on utilise un chalumeau oxygène acétylène avec des baguettes pour brasure forte. J’ai du cuivre en diamètre 14, avec les raccords qui correspondent, et je vais préparer une pièce. Et on va faire des brasures fortes.

Avant de faire une brasure forte ou une brasure tendre, il faut savoir que le plus important, c’est la préparation, tout est dans la préparation. Première étape de la préparation, ébavurer l’intérieur du tube. Car après avoir mis un coup de coupe tube, on obtient une petite collerette sur l’intérieur du tube, et elle peut gêner le passage de l’eau. Donc à l’aide d’un petit stylo ébavureur, on va venir gratter cette collerette. Ce qui fait que j’ai l’intérieur de mon tube qui est bien propre.

Maintenant, même si mon tube viens du magasin, et qu’il est neuf, il faut nettoyer le tube. Pour le nettoyage, j’utilise de la toile émeri, mais pour ceux qui ne veulent pas acheter un rouleau comme cela, du papier de verre fait très bien l’affaire. Et je vais nettoyer les parties à braser de mon tube cuivre. Et on voie une différence nette entre le tube nettoyé, et la partie non nettoyée qui brille moins. Je vais aussi réaliser cette opération sur la partie femelle de mes raccords. Il faut que les deux parties soient nettoyées.

La brasure, pour expliquer comment cela fonctionne, cela fonctionne sur le principe de la capillarité. C’est comme quand on prend un morceau de sucre et qu’on le trempe dans le café, et qu’on voie le café qui monte dans le sucre. C’est exactement pareil.

Les personnes qui ont consulté cet article ont aussi regardé  Faux aplomb d'une cloison, comment tricher avec la faïence?

La brasure, cela va être un collage entre notre tube en cuivre, et notre autre partie, donc soit un autre tube en cuivre, soit des raccords en laiton. Donc si les pièces sont très bien nettoyées, notre métal d’apport va pouvoir pénétrer, et se mettre partout, uniformément, par capillarité. Alors que si il y a des endroits qui sont un peu moins bien nettoyé, le métal aura un peu plus de mal à aller se positionner à cet endroit, et donc potentiellement créer un petit suintement, ou une fuite.

Pour nettoyer les parties femelles, sur des petits raccords, cela peut être un peu plus compliqué, oui, mais il faut le faire. Il faut aller bien au fond, bien nettoyer. J’ai maintenant un intérieur qui est bien brillant, et je vais maintenant faire le raccord de l’autre coté.

Donc j’ai un té à visser en 15/21, le diamètre intérieur de ce té, c’est du 14, ce qui fait que je vais pouvoir venir souder mon tube en 14. Et sur ce té, on voie bien la différence de couleur entre la partie nettoyée, et la partie non nettoyée.

Ça, c’est l’étape la plus importante, la préparation des pièces, maintenant, on va pouvoir procéder à la brasure, mais il y a des petites précautions à prendre avant de braser. Déjà, je m’arrange pour toujours avoir de l’eau prés de moi. J’ai qu’à mettre le feu à quelque chose, je lance un peu d’eau. Ensuite, je m’arrange pour avoir un espace de travail à peu prés dégagé et propre. J’élimine tout ce qui va être les papiers, plastiques et cartons qui pourraient prendre feu. Ensuite, pour ce qui est des vêtements, je vais faire attention à avoir des choses qui ne craignent pas le feu et ne risquent pas de s’enflammer facilement. Dans mon cas, la veste, cela va, mais il est aussi possible de mettre un tablier de soudeur, c’est du cuir, et c’est fait pour souder. Egalement, des blouses en coton sont appropriées et ne craignent pas le feu. Une autre chose que j’aime bien avoir prés de moi, des gans qui résistent à la chaleur. Je ne les mets pas car j’aime bien travailler à mains nues, mais je les ai toujours prés de moi au cas où je fasse tomber une pièce qui brule quelque chose, il me suffit d’enfiler mon gans et de la ramasser.

Les personnes qui ont consulté cet article ont aussi regardé  astuce pour se visser facilement dans un bois dure

Maintenant, je vais pouvoir préparer mon chalumeau. J’ouvre les bouteilles d’oxygène et d’acétylène, je règle mes manomètres. Je bloque ma pièce avec une pince étau, c’est également un outil pratique, grâce à une molette, on règle l’ouverture/fermeture de la mâchoire de celle-ci, et on vient la bloquer sur sa pièce pour la maintenir en position.

La pince me maintiens ma pièce, ce qui m’évite de devoir caler celle-ci avec un morceau de carrelage ou une brique ou autre.

Les baguettes que j’utilise pour faire une brasure forte sont des baguettes de chez Castolin référence RH5246, brasure cupro-phosphore. On peut garder sa baguette droite, ou alors, on peut aussi la couder, ce qui permet lorsqu’on soude, cela peut aider lorsqu’on est prés d’un mur et qu’il faut aller souder derrière, lors d’une soudure en position.

Pour la brasure forte, c’est différent de la brasure tendre, j’utilise du décapant, la référence est Castolin 808PF, décapant pate pour brasure cupro phosphore. Il est également écrit que cela s’utilise avec les baguettes RH5246. Sur de la brasure forte, je ne met pas mon décapant sur les pièces, je mets mon décapant sur la baguette directement. Je trempe ma baguette directement dans le pot de décapant.

Pareil, au cas où une pièce bouge pendant l’opération de brasure, donc je garde aussi une pince multiprise prés de moi. Maintenant, je vais allumer mon chalumeau, donc soit avec un allumeur qui fait des étincelles, soit avec un briquet, mais il faut bien faire attention à mettre son briquet plus loin pour ne pas risquer lorsqu’on est concentré sur sa brasure et ne pas remarquer que la flamme chauffe le briquet. Donc il est préférable d’avoir un petit allumeur.

Donc j’ouvre l’acétylène, j’ouvre ensuite l’oxygène, et j’allume. Puis je vais régler mon chalumeau pour régler un dard qui fait à peu prés 5mm. Et maintenant, je vais chauffer mes pièces, mais je ne vais pas chauffer mon tube, je vais chauffer la partie où je veux que le métal d’apport pénètre et se répande. Et je vais faire des petits mouvements pour chauffer de manière uniforme tout le tour.

Les personnes qui ont consulté cet article ont aussi regardé  Comment faire des économies sur le carrelage et la faïence?

Et une petite astuce qu’ j’aime bien faire, je vais venir déposer une petite goute de métal d’apport à l’endroit de ma brasure, ainsi, si le métal n’est pas assez chaud, la goute ne bouge pas, mais lorsque mon métal est à bonne température, la goute se liquéfie et pénètre pour faire ma soudure, et cela va m’indiquer que mes pièces sont à bonne température et que je peux y aller, et faire mon cordon de brasure. Parce que l’on ne met pas la flamme du chalumeau sur la baguette, on met la flamme sur les pièces à braser.

Je vois maintenant ma goute se liquéfier, cela m’indique que je peux approcher ma baguette et que celle-ci va se liquéfier et pénétrer. Et je vais faire tout le tour avec ma baguette. J’ai maintenant mis ma brasure partout au tour, je vais donc rechauffer  un peu de manière à avoir quelque chose d’uniforme.

Maintenant, je vais refroidir ma pièce, et je constate que l’autre partie à braser est sale de nouveau, donc je vais nettoyer encore. Je positionne le bouchon à souder. Je trempe ma baguette dans  le décapant, et je recommence. Un peu d’acétylène, de l’oxygène, j’allume et c’est parti.

Encore, je vais venir déposer une petite goute de métal d’apport,  et lorsqu’elle va se liquéfier, je suis informé que je suis à bonne température.

La brasure faite, je vais refaire un petit cordon de chauffe tout au tour pour avoir quelque chose d’uniforme. Voila.

Donc là, je viens de réaliser deux brasures fortes. Je les ai réalisées avant mes brasures tendres, car de l’autre coté, je vais faire deux brasures tendres. Il y a une raison particulière, c’est parce que la brasure forte, il faut chauffer plus fort, et si j’avais fait mes brasures tendres avant, j’aurais eu un risque de faire fondre mes brasures tendres avant. Car le but est de faire une pièce avec deux brasures tendres et deux brasures fortes, de les mettre sous pression, et de comparer ce qui résiste le mieux.

Voila, donc je vous dis à tout de suite pour la suite de cette vidéo avec la brasure tendre que je vais réaliser avec de l’étain et une lampe à souder.

Voila, donc j’espère que cette petite vidéo vous aura plu, bon courage pour vos travaux, et à tout de suite, salut.

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.