l’importance de recuire le tube cuivre

Pour en savoir plus sur la plomberie, j’ai écris pour vous un livre : le guide du tube cuivre

Lien pour obtenir le guide gratuit pour tout savoir sur les joints dans la plomberie

Faire un don permet de maintenir cette chaine en vie et permet également d’effectuer des recherches  indépendantes dans le bâtiment et l’énergie. En effet, tout est réinvestis pour produire de nouvelles vidéos (achat de matériaux et de produits) pour faire de nouvelles recherches, des essais, et test que je vous présente. Même un petit montant apporte sa pierre à l’édifice et sans cela, cette chaine serait vouée à mourir. Donc un grand merci pour votre soutien et pour vos dons. Je ne peux que vous encourager à continuer en cliquant sur les liens ci-dessous :

Soutenir par tipeee 

Soutenir par carte ou paypal

Soutenir par patreon

Soutenir par utip

Acheter mon livre

Acheter une séance de coaching privé

Transcription texte recuire le tube cuivre :

Quand on fait de la plomberie, il y a toujours un moment où on est confronté au tube cuivre. Et pour travailler le tube cuivre, il y a des petites choses à savoir qui sont importantes car cela permet de le façonner comme on veut. Donc aujourd’hui dans cette vidéo, on va parler de recuire le cuivre.

Déjà, recuire le cuivre, qu’est ce que c’est, c’est lorsqu’on a un tube qui est rigide et qu’on va venir le chauffer pour le rendre malléable et pour pouvoir le travailler.

Déjà, dans la plomberie, il faut savoir qu’il y a plusieurs types de tube cuivre. On a du tube écroui, qui est du tube en barre. Et on trouve aussi du tube recuis, c’est le tube cuivre que l’on achéte en couronnes. Le tube recuis se tord facilement, il se plie et se tord à la main, sans trop d’efforts. Alors que le tube en barre, sera plus difficile à tordre.

Les personnes qui ont consulté cet article ont aussi regardé  récupération chaleur eau usée #19 essai et conclusion échangeur de chaleur sur douche V2 10

Donc on a du tube recuis et du tube écrouis. Alors il y a un troisième type de tube mais qui est un peu plus rare qui est le tube demi dur, et on le reconnait car dessus il est noté H H pour Half Hard. Cela reste beaucoup plus rare, mais juste, il faut savoir que cela existe.

Recuire le cuivre, c’est une opération qui consiste à chauffer notre tube au chalumeau, et le fait de chauffer notre tube au chalumeau va le rendre malléable, cela va casser la résistance du métal, et on obtiendra quelque chose de beaucoup plus souple. Et cela va nous permettre de travailler notre tube cuivre.

Quand je dis travailler notre tube cuivre, cela veut dire que l’on va pouvoir le cintrer, lui faire des collets battus, et lui faire des emboitures. Pour pouvoir l’introduire dans un autre tube de même diamètre.

Le fait de chauffer notre tube cuivre écrouis va dégrader les propriétés mécaniques de notre tube, ce qui va le rendre beaucoup plus facile à travailler, et on va surtout éviter de casser ses outils et de forcer comme un bœuf. Concrètement, on va éviter de tordre ces cintreuses.

Je vais couper une pièce que je vais recuire ensuite. Toujours, chaque fois qu’on coupe un tube, on ébavure ensuite la petite collerette.

Maintenant, avec mon chalumeau sur mon tube écrouis, je vais le chauffer jusqu’à ce que le tube obtienne une couleur rouge, que l’on appel rouge gorge de pigeon, ou aussi rouge cerise. Mais, il ne va pas falloir chauffer plus que ce rouge, car sinon cela va devenir blanc, et le tube va percer. Et si le tube perce, il faut couper et recommencer.

En dessous de la partie où je chauffe, j’observe un changement de couleur, et la partie chauffée ensuite devient rouge cerise, et maintenant j’enlève le chalumeau, cela refroidis, et la pièce devient entièrement noire. Là, c’est bon, mon tube est recuit.

Les personnes qui ont consulté cet article ont aussi regardé  CARRELAGE TACTILE SANS CONTACT! LA DOMOTIQUE À 2€ (vidéo 2)

Maintenant que j’ai fait un coté, je vais faire l’autre avec la lampe à souder. C’est exactement le même principe, sauf que cela prend plus de temps.

Il faut donc chauffer plus longtemps, et le fameux rouge cerise / gorge de pigeon est quand même un peu plus difficile à obtenir. Lorsqu’on à la flamme dessus, on ne le vois pas forcément, mais lorsqu’on lève sa flamme, brièvement on l’aperçoit, mais tout de suite cela redeviens noir.  Mais une fois que ce changement de couleur à été perçu, cela signifie que le cuivre à été recuit.

Je vais maintenant le refroidir. Une fois cette opération faite, je vais pouvoir faire une emboiture ou un collet battu, mais j’aurais très bien pu recuire au milieu du tube pour effectuer un cintrage.

Maintenant que l’on a fait cela, on va faire une petite expérience qui va démontrer l’importance de recuire le tube cuivre, et nous allons le voir physiquement.

Je vais prendre deux pièces de cuivre en Ø12, sur l’un je vais recuire et faire une emboiture, et pas sur l’autre, et on va voir ce qui se passe. J’ai un coffret de pince à emboitures avec la pince, et les galets de diamètre 12, 14, 16, 18, et après on passe au 22. Sur l’un des tubes, je vais à chaque fois recuire entre deux emboitures, et pas sur l’autre. Et nous verrons le résultat.

Au chalumeau oxygène acétylène, recuire le tube prend à peine 10 secondes.

Je commence donc avec le galet, en diamètre 12, et je fais mes emboitures. Maintenant, entre chaque emboiture, je vais recuire uniquement le tube de gauche. Puis je monte une mâchoire de 14 sur ma pince à emboiture. Et je réalise une emboiture sur la précédente. Et je vais faire pareil dans le second qui n’a pas été recuit une deuxième fois. Déjà l’opération est beaucoup plus difficile.

Les personnes qui ont consulté cet article ont aussi regardé  éclairage avec 3 interrupteurs, le permutateur ou va et vient triple

Et on continue. Je recuis encore le tube de gauche. Je le refroidis encore. Et maintenant, je monte une mâchoire de 16mm. J’écarte le premier tube. Je passe au second tube. Et le tube casse lors de l’essai. J’ai du forcer très fort pour obtenir l’emboiture et le tube a cassé.

Sur celui recuis une seule fois au début, les emboitures ont étés difficiles, et le tube à cassé au moment de faire celle de 16 mm. Alors que sur le tube recuis à chaque fois, je n’ai eu quasiment aucune difficulté à faire mes emboitures. Dans la mesure où j’ai pu faire une emboiture de  16mm sur un diamètre 12 mm , je vais voir si je peux en faire une en 18mm.

Donc je vais recuire encore. Maintenant, je monte le galet de 18 mm, et réalise mon emboiture. Donc un tube de diamètre 10/12 ( 10 mm intérieur / 12 mm extérieur ) J’ai réussis à le faire passer  sur un diamètre 18 intérieur / 20 extérieur.

Donc je peux faire rentrer un tube de 18 mm dans un tube de 12 mm.

Voila, donc recuire le tube cuivre, c’est casser la résistance mécanique du tube, c’est le rendre malléable,  si on veut pouvoir le travailler et façonner son tube.  Donc j’espère que cette petite vidéo vous aura plu, je vous dis bon courage pour vos travaux, à plus tard, salut.

 

 

Partager l'article
  •  
  •  
  •  

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.